La fête de la musique a-t-elle encore un sens en 2018 ?

Solstice d’été, célébration des beaux jours en chansons et en danses, en 2018 la Fête de la musique est-elle encore utile?

Par Diane Laugel

Invasion des sites de streaming, succès aux ondes radios, boîtes de nuit de plus en plus branchées, en 2018, la Fête de la musique semble un peu désuète. Accompagnée de beaucoup de controverses quand au bruit, aux nuisances et à la consommation excessive d’alcool, cette célébration en musique semble davantage privilégier les abus que proposer une journée autour des chansons. Si certains soulignent le manque de prévention face à de mauvais comportements, d’autres désespèrent que les jeunes artistes peu connus soient relégués à la scène de la rue, voire peu représentés. Entre désir de réunir les Français et besoin d’encadrer, il semble que la Fête de la musique oscille entre désirs sincères et freins réels. Décryptage.

Logo de 1982
Logo 1982

Anthropologie et question de rites

Nous serons plusieurs milliers de Français à déambuler dans les rues et les arcades de nos villes pour fêter la musique et l’été. La première édition, en 1982, avait été proposée sous l’impulsion de Jack LANG, ancien Ministre de la culture sur l’idée de Joel COHEN (qui en avait eu l’idée en 1976).

La date est on ne peut plus symbolique : la nuit la plus courte de l’année, le début officiel de l’été et un rappel aux traditions. Jadis, durant l’Antiquité par exemple, les générations qui nous ont précédés marquaient ce jour par des festivités.

Jules Breton
Jules BRETON – Fête de la Saint Jean

Les fêtes de la Saint Jean et des moissons célébraient cette journée unique par la suite. Dans presque toutes les civilisations, on peut trouver une célébration à la nature glorieuse et aux beaux jours, en opposition à l’hiver et à ses jours courts.

Dans les pays nordiques également, on festoie pour cette journée qui casse le rythme des nuits « éternelles » et qui symbolise le retour de la vie. Si c’est une question de culture de prime abord, il faut reconnaître que c’est surtout une affaire d’anthropologie : l’Homme aime le rituel, la célébration annuelle, ce qui marque pour lui un moment fort et heureux (dans ce cas de figure).

Russie Autrement.jpg
Russie Autrement – Nuits blanches de Saint Petersburg

La Fête de la musique glisse donc sur les rails de cette tendance naturelle que nous avons à ritualiser les éléments de notre existence et cela nous rassure et nous donne des bornes dans notre année.

La Fête de la musique marque le solstice de l’été et même si nous sommes loin des croyances ancestrales, nous aimons les rites et les fêtes qui nous rapprochent. Une bonne raison de sortir, mais pas la seule !

Découvrir des artistes

Qu’ils soient sans lendemain ou avec beaucoup d’avenir, les artistes sont à l’honneur. Ils sont des millions à avoir déjà joué guitares, flûtes ou chanté dans les rues, les centres culturels ou les lieux ouverts au public.

Malgré Youtube, les sites spécialisés ou Napster, il faut aller à la rencontre de ces artistes qui ne récoltent pas des millions de vues ou d’écoutes. C’est peut-être là la magie de la Fête de la musique : les musiciens sont à la rencontre de leur public et le public découvre des artistes dont il ignorait l’existence même le soir même.

L'Express.jpg
L’Express – Fête de la musique

Pas de Beyonce, Ed Sheeran, Pharrel Williams ou Petit Biscuit. Pour un soir on tombe le Smartphone pour écouter autre chose et découvrir des chanteurs parfois très doués mais qui ne bénéficient pas de la sur médiation de nos ondes radios.

La Fête de la musique en 2018 ?

La Dépêche
La Dépêche du midi – Fête de la musique à Toulouse

36 ans après la première édition, force est de constater que nous aimons les journées culturelles : Journée du Patrimoine, Fête du cinéma ou Festival de Cannes. Si la culture paraissait encore réservée à une élite durant la grosse moitié du XXème siècle, les efforts pour (ré)concilier les Français avec la musique, la danse, les arts et le patrimoine sont importants et malgré l’accès à la technologie, rien ne vaut un concert à ciel ouvert façon détendu et Woodstock (sans les abus entendons).

La Fête de la musique a toujours un sens en 2018.

La fédération, la joie et le plaisir pour ne pas oublier que certains pays musellent encore leurs artistes. Enfin, la Fête de la musique, aujourd’hui, est responsable : les gobelets en plastique sont multi usages, les déchets sont triés et on privilégie les transports publics plutôt que les voitures. On pense aussi à baisser les décibels quand la nuit tombe afin de ne pas perturber le voisinage sensible.

Faites de la musique, écoutez sans limite, mais consommez (vos boissons et le son) avec modération !

Photo : Pixabay / krivis

Site officiel du ministère

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s